Get Adobe Flash player

CHARTE (en cours d'élaboration)


Pourquoi la Clède de Cabanoule ?

La vie monastique telle qu’elle est vécue au Monastère de la Paix-Dieu et à travers les orientations propres de la communauté, a suscité à un moment donné, chez diverses personnes engagées dans l’Eglise, la vie sociale et  leur propre famille,  un appel à vivre aussi de cette vie : de cette spiritualité du désert, du charisme cistercien, de cette ouverture œcuménique.

Qu’est-ce que la Clède de Cabanoule ?

Un nom de tradition cévenole a été adopté : « la Clède », local où en Cévennes, les châtaignes sont conservées et séchées. Le mas de Cabanoule dispose de ce bâtiment typique (cf photos)

La Clède de Cabanoule est une « communauté de communion » proposée à des hommes et à des femmes baptisés et engagés dans l’Eglise ou bien simplement en recherche de sens et de vérité ; en tout cas tous désireux de vivre l’Evangile là où ils se trouvent, en s’inspirant et en se nourrissant de l’esprit des premiers Pères du monachisme, de la Règle de Saint Benoît, de Saint Bernard et des Pères de Cîteaux. 

Cette « communauté de communion » est en lien étroit et fraternel avec la communauté monastique de  la Paix-Dieu et se reconnaît dans les pages des documents de Dom Bernardo Oliveira, Abbé Général :« Réflexions sur le défi des associations charismatiques » (01.01.1995) et « Pour une mystique cistercienne rénovée » (07.01.2001).

Un comité de trois délégués élus par les membres de la Clède a pour mission de préparer les rencontres, de rédiger les compte-rendus et de gérer l’animation des rencontres. De plus, ce comité rencontre le conseil pastoral de la Prieure pour réfléchir à la demande des personnes qui souhaitent mieux connaître la Clède ainsi que pour l’admission au Seuil et au Foyer.

Approcher de la Clède

La personne qui se sent appelée à entrer dans cette « communauté de communion » engage un parcours de discernement, de découverte et de formation. 

L’adhésion se réalise progressivement à un rythme propre à chacun et selon un cheminement marqué par des étapes.

Une sœur, désignée par la Prieure, est particulièrement chargée du lien avec les membres de la Clède, de leur accompagnement et de leur formation.

La première étape est le temps de l’approche où l’on vient pour voir, connaître, écouter, partager, s’informer. Il s’agit avant tout de prendre le temps de se mettre à l’écoute de l’Esprit-Saint pour discerner la volonté de Dieu. La personne qui perçoit un appel à rejoindre la Clède commence par  présenter une demande écrite à la Prieure en exprimant son désir et ses motivations. Cette demande est suivie par un temps d’accompagnement avec l’une des sœurs de la communauté. Cet accompagnement est d’une durée variable et peut prendre des formes et un rythme adaptés aux possibilités de chacun. Il a pour seul but de discerner s’il y a bien un appel à devenir laïc cistercien. Si l’appel est confirmé, la personne pourra alors prendre part aux différentes rencontres de la Clède à titre d’observateur selon les modalités déterminées par le comité et le conseil.


Le « Seuil » de la Clède

La deuxième étape est l’entrée au « Seuil » de la Clède et inaugure la période de formation d’une durée de 2 ans minimum. L’admission au « Seuil »  demeure soumise au discernement de la Prieure, de son Conseil et des trois délégués élus membres de la Clède.

Le « Foyer » de la Clède

La troisième étape est l’entrée dans le « Foyer » de la Clède et marque l’engagement officiel dans la Communion de la Clède. Cet engagement est également soumis au discernement de la Prieure, de son Conseil et des trois délégués membres de la Clède.

Devenir membre de la Communion de la Clède est un acte personnel par lequel le frère ou la sœur s’offre librement à Dieu en répondant à son appel et entre dans une communion spirituelle plus profonde avec la communauté monastique de la Paix-Dieu tout en vivant ce lien dans le monde, à la différence des moniales.

Cette offrande n’est pas un vœu mais une promesse  qui manifeste la volonté de :

Vivre en présence de Dieu et en communion avec lui.

Choisir Jésus comme modèle pour le suivre.

Aimer l’Eglise et se mettre au service des communautés locales.

Avancer sur un chemin de conversion jusqu’à la fin de sa vie, en réponse à l’amour du Pè et aux inspirations de l’Esprit, avec les sœurs et les frères qu’Il nous donne.

Régulièrement, et au plus tard tous les trois ans, chaque membre de la Clède sera appelé, au cours d’une rencontre au monastère, et en sollicitant l’aide de la miséricorde de Dieu et la prière de tous, à renouveler son engagement, ou à expliquer par écrit pourquoi il désire se retirer de la Communion.

 

L’engagement

La personne qui s’engage dans la Communion de la Clède promet : 

De rechercher en tout temps le silence intérieur, l’obéissance, la simplicité de vie et l’humilité qui ouvrent le cœur à la présence de Dieu .

De construire sa vie sur un nouvel équilibre entre prière et travail, écoute de Dieu et service des autres, contemplation et action, solitude et communion.

De s’unir chaque jour aux communautés monastiques et à l’Eglise par exemple par la prière des psaumes et les lectures de la messe du jour.

D’essayer de réserver un temps fort (quotidien ou hebdomadaire) à la lectio divina et de façon plus intense pendant le Carême.

De vivre la rencontre et le dialogue avec les croyants d’autres confessions chrétiennes, d’avoir au cœur le désir de l’unité des chrétiens et de prier à cette intention. Cette dimension œcuménique rejoint la vocation particulière de la communauté de la Paix-Dieu.

De développer un lien privilégié avec la communauté ou une communauté proche avec le désir de faire grandir la famille cistercienne.

 

De son côté, la communauté monastique accepte :

De recevoir les membres de la Communion de la Clède à l’hôtellerie pour des journées de formation et de prière.

D’initier les sœurs et les frères à la spiritualité monastique cistercienne par des enseignements mais aussi par le témoignage de vie.

D’accueillir, comme un échange de dons et de services, leur aide éventuelle selon leur possibilité et selon les besoins  de la communauté monastique.

En esprit de communion, de s’ouvrir à la rencontre de laïcs engagés dans l’Eglise et le monde pour un dialogue et un partage permettant un  approfondissement de certains aspects du charisme cistercien au service d’un dynamisme communautaire renouvelé.


La mission de la Clède : vivre une spiritualité de communion qui porte des fruits
dans la communauté ecclésiale

La  Clède, en tant qu’ « extension » de la communauté monastique doit  être le lieu où l’on devient de plus en plus fraternel, bon et heureux, d’une fraternité qui n’est fondée ni sur les liens naturels, ni sur le choix mutuel, ni sur les aptitudes et les compétences, mais sur le seul appel du Christ reçu et discerné et sur la miséricorde manifestée les uns à l’égard des autres. Alors, laïcs et moniales ensemble, seront engagés dans une même mission telle que l’a décrite Jean-Paul II :

« Aux personnes consacrées, il est demandé d’être vraiment expertes en communion et d’en pratiquer la spiritualité, comme témoins et artisans du projet de communion qui est au sommet de l’histoire de l’homme selon Dieu. Le sens de la communion ecclésiale, qui devient une spiritualité de la communion , encourage une façon de penser, de parler et d’agir qui fait progresser l’Eglise en profondeur et en extension. » (Exhortation apostolique sur la vie consacrée et sa mission dans l’Eglise et le monde)

Les membres de la Clède de Cabanoule se veulent enfin en lien avec tous les autres groupes de laïcs qui, un peu partout dans le monde, se constituent autour des monastères cisterciens, tout en  gardant la spécificité propre à leur groupe, telle qu’elle est définie par la présente Charte.

 
« Voici que dans sa tendresse, le Seigneur nous indique le chemin de la vie » (RB, Prol.20)


Les Laïcs cisterciens

Il y a toujours eu des laïcs trouvant dans une relation plus ou moins étroite avec une communauté monastique une inspiration et un support dans leur vie chrétienne, et parfois des regroupements d'amis d'un monastère particulier. Depuis un quart de siècle quelque chose de nouveau s'est développé. Des laïcs se sont sentis appelés à intégrer dans leur vie de laïcs – vie familiale et professionnelle, ainsi qu'engagements sociaux et religieux -- les valeurs les plus fondamentales de la vie cistercienne.

Ils se sont donné divers noms (oblats, associés, etc.) ; mais on les nomme généralement des « Laïcs Cisterciens ». Ils se regroupent généralement dans une petite communauté de laïcs rattachée à une communauté de moniales ou de moine cisterciens.

Les Chapitres Généraux successifs, depuis celui de Holyoke en 1984, tout en reconnaissant dans ce développement un mouvement de l'Esprit, ont préféré ne pas légiférer à son sujet, laissant  à chaque communauté monastique le soin de veiller sur l'évolution du mouvement.

Ces communautés de Laïcs Cisterciens ont créé des liens entre elles et ont commencé en 2000 à tenir des rencontres internationales périodiques. Suite à ces rencontres, elles ont envoyé aux Chapitres Généraux des messages auxquels l'Ordre a répondu. Au cours de la rencontre internationale de Huerta, en 2008, elles ont rédigé un document décrivant l'Identité laïque cistercienne, qui fut communiqué aux Chapitres Généraux de la même année. Les Chapitres Généraux déclarèrent officiellement reconnaître dans ces groupements une « expression laïque de notre charisme cistercien ».

Depuis la troisième rencontre internationale (à Clairvaux, en 2005), un Comité International de trois personnes existe, avec la tâche de préparer les rencontres internationales qui ont lieu tous les trois ans ainsi que de susciter et maintenir la communication entre les communautés laïques locales et avec l'Ordre. Un site Internet plurilingue offre les documents les plus importants ainsi qu'une liste des communautés officiellement répertoriées, qui se trouvent au nombre d'environ 70.

On peut estimer que le nombre total des Laïcs Cisterciens est aux environs de 1300.

Devenir Laïc Cistercien vous intéresse ? La participation est gérée par chacun des groupes. Pour plus d'information, se mettre en contact avec un de ces groupes référencés sur le site de l'Association Internationale des Communautés de Laïcs Cisterciens.

 

Monastère Cistercien de la PAIX-DIEU   -   1064, Chemin de Cabanoule - 30140 Anduze   -   Tél : 04 66 61 73 44 / Fax : 04 66 61 87 94

Copyright © 2017  /  Conception : www.graffiti-connexion.com