Get Adobe Flash player

La vie cistercienne s’épanouit dans un climat de silence qui favorise la prière en toutes choses. La communication n’est pourtant pas absente. Elle s’exprime par le service mutuel, les prévenances, les attentions des uns par rapport aux autres. Mais aussi dans les échanges communautaires et la collaboration au plan du travail. 

Dans l’intimité de son cœur, la moniale se sait mandatée par l’Eglise pour la prière ;
elle se sait « au cœur de l’Eglise ».

Son désert se trouve habité intérieurement par le drame des hommes, par leurs souffrances, par le visage des incroyants, des pécheurs et des saints.

Séparé de tous, la moniale est unie à tous dans sa prière.

La célébration des Heures est un pilier de la vie monastique cistercienne avec la lectio divina et le travail, le tout s’inscrivant dans un contexte communautaire. Les offices sont  répartis dans la journée. Chacune peut consacrer au Seigneur des temps de prière, principalement le matin après les Vigiles et le soir après le Vêpres, cette prière personnelle doit tendre à habiter chaque moniale tout au long de la journée.

Repas communautaire


   Le déroulement d’une journée monastique à La Paix Dieu

         3h50 Lever

         4h15 Office des Vigiles

         5h00  Petit déjeuner

                   Lectio divina (1heure)

                   Oraison (1/2heure)

         7h15 office de Laudes, suivi du chapitre : réunion de la communauté

         8h30  office de Tierce intégré à la messe (sauf dimanche et solennité à 10h00)

         9h30 travail jusqu’à midi (sauf dimanche)

         12h15  Office de Sexte (les petites heures : 1/4 d’heure)

         12h30 repas avec lecture, après : temps libre (environ 1 heure)

         14h15 Office de None (dimanche et solennité 14h30)

         14h30 travail jusqu’à 17h00

                    Lectio divina     

         18h00 Office de Vêpres suivi de l’oraison

         18h45 repas

         19h40 Office de Complies

          Vers 20h00 grand silence jusqu’après les Laudes le lendemain matin

          20h30 pas de bruit… les sœurs s’endorment 


Lectio Divina

Lectio divina, qu’est-ce que c’est ?

La lectio divina (« lecture divine » ou lecture des choses de Dieu) consiste traditionnellement en une lecture priante de la Bible. Par extension, elle peut aussi désigner la lecture priante appliquée à des auteurs spirituels, particulièrement les Pères et les docteurs de l’Eglise, les écrits et les vies des saints.

C’est une activité importante dans la vie monastique et Saint Benoît, père des moines bénédictins et cisterciens, recommande dans sa Règle que les frères y soient quotidiennement fidèles (Règle de Saint Benoît, Vie siècle, ch.48).

Il s’agit de se mettre face à la Parole, de la scruter, de la méditer, de la creuser, de la ruminer, de laisser l’Esprit Saint agir comme révélateur du message de cette parole. Lectio divina advient lorsque nous ouvrons l’oreille de notre cœur à l’écoute, lorsque nous prions en écoutant. Il s’agit de « découvrir le cœur de Dieu dans la Parole de Dieu ». Le  Seigneur donne sa Parole pour qu’elle s’empare de nous, et nous devons alors la laisser résonner en nous, la laisser nous envahir et nous transformer.

Réunions, échanges et concertations...


Oraison

La prière personnelle trouve un terrain favorable dans la liturgie, la lectio divina,le silence, et aussi dans le travail et les relations fraternelles.

De plus, un moment particulier lui est réservé, où toute autre activité cesse : c’est l’oraison, offrande du temps dans une prière silencieuse, gratuite.

Si cette pratique a été formalisée au XVIe siècle, elle plonge ses racines dans une riche et très ancienne tradition chrétienne et monastique. De tout temps, les chrétiens ont tenu en haute estime la prière du cœur, don d’amour qui ne cherche pas de résultat sinon l’amour lui-même :La prière la plus parfaite et la plus élevée est celle qu’inspirent la contemplation de Dieu et l’ardeur à la charité, lorsque l’âme, absorbée dans l’amour qu’elle a pour son Créateur, lui parle tendrement et familièrement comme à un père …(Jean Cassien ,moine du V° siècle)Le silence intérieur, ou encore les paroles du Notre Père peuvent être le support de cette prière, ce qui compte étant l’orientation du cœur, offert à Dieu.


Cuisine, préparation des repas, lingerie, travail et services divers au quotidien...