Get Adobe Flash player


Notre esprit

Nous, Cisterciens de la Stricte Observance, adoptons une manière de vivre l’Evangile de Jésus Christ
et une spiritualité, irriguées par les quatre sources suivantes.

1. La Règle de Saint Benoît

Notre mode de vie se conforme essentiellement à celui que décrit la Règle de Saint Benoît. Les moines et les moniales vivent au sein de communautés stables, à l’écart de la vie ordinaire en société. Chaque jour, la Liturgie des Heures, qui commence par l’office
des Vigiles, quelques heures avant l’aube, est célébrée au chœur.
L’équilibre de la journée repose sur le travail, la lecture, et l’étude.
Les communautés sont autonomes, et pratiquent une hospitalité ouverte aux personnes qui se présentent, à la recherche d’un environnement spirituel.

2. Les Fondateurs de Cîteaux

S. Robert, Albéric et Étienne

S. Robert,
Albéric et Étienne

Les saints Robert, Albéric et Etienne, ont fondé le monastère réformé de Cîteaux en 1098. Leur but était de renouveler les formes instituées de vie monastique et de les amener
à une conformité plus étroite avec la Règle de Saint Benoît, comme avec les aspirations
de leur époque. Cela impliquait, en particulier, l’insistance sur une pauvreté
authentique -y compris dans la liturgie-, le travail manuel, l’absence d’engagement
dans les affaires séculières, et à l’échelle de l’Ordre, des liens d’entraide et de sollicitude pastorale entre les monastères pour encourager la ferveur. Les documents primitifs de cette période sont l’Exordium Parvum, qui décrit les origines de la réforme, et la Charte de Charité, qui lui donne ses fondements constitutionnels.



3. Saint Bernard et ses contemporains

St Bernard

St Bernard

Le charisme cistercien a beaucoup évolué au cours des deuxième et troisième générations, en particulier sous l’influence de Bernard de Clairvaux (mort en 1153).
Durant cette période, la dimension intérieure, expérientielle, de la vie monastique,
a suscité un grand intérêt, et l’on a insisté davantage sur l’importance
de la communion fraternelle et de la contemplation.

4. Les réformes de l’Abbé de Rancé.

Armand-Jean de Rancé
Au dix-septième siècle, alors que différents facteurs avaient entraîné le déclin
ainsi que des divisions au sein de l’Ordre Cistercien, l’Abbé de La Trappe,
Armand-Jean de Rancé, initia un puissant mouvement de réforme, favorisé
par ses nombreux écrits, et inspiré par la tradition monastique ancienne.
Son accent principal était l’insistance sur l’austérité de la vie cistercienne,
et sur son caractère contemplatif. 


Monastère Cistercien de la PAIX-DIEU   -   1064, Chemin de Cabanoule - 30140 Anduze   -   Tél : 04 66 61 73 44 / Fax : 04 66 61 87 94

Copyright © 2017  /  Conception : www.graffiti-connexion.com